Brouiller les pistes

Pulsions, c'est le titre du spectacle de la dernière promotion du Centre National des Arts du Cirque, mise en scène par Laurent Laffargue. Virtuosité des corps et du propos qui se jouent des codes avec brio. Le dresseur de vélo dépassé pas sa monture insoumise, les trapézistes sensuelles, porteuses et portées, l'impudeur et la grâce de l'athlète aux sangles, le duo d'équilibre où s'enchevêtrent tendresse et brutalité, la femme clown épouvantail...Chacun à sa manière sème le trouble dans le genre.
Les rituels rassurants du cirque sont là : la tribu, le frisson, le rire, et la performance. Mais l'étrangeté se glisse à chaque tableau. Une liberté contagieuse s'empare des corps et entraine l'air de rien le spectateur à éprouver l'ampleur des possibles !
Le génie est d'avoir réussi à détourner les rôles sans jamais perdre le cadre, à repousser les frontières du masculin et du féminin, en dénoncer l'intolérable jusqu'au larmes, en creuser les impasses jusqu'au rire... Rien de didactique et pourtant un beau grain de sable dans le rouage des normes qui nous empêchent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire